Добавил:
Upload Опубликованный материал нарушает ваши авторские права? Сообщите нам.
Вуз: Предмет: Файл:
[]_Dominique_Renaud._Le_secret_du_professeur_Mi...doc
Скачиваний:
2
Добавлен:
10.11.2019
Размер:
429.57 Кб
Скачать

ББК 81.2. Фр.

Н 50

Dominique Renaud

Le secret du professeur Micron

Французский язык для детей и подростков.

Серия книг для чтения.

Выпускается по лицензии издательства Editions NATHAN, PARIS.

© 1990 CLE INTERNATIONAL, Paris

© Российское лицензионное издание: MASS MEDIA, Москва, 1995

Рекомендовано Министерством образования России для общеобразовательных учреждений

Российское издание этой серии книг для чтения осуществляется при участии фирмы FONTEM S.A. Исключительное право на издание и распространение серии книг для чтения на территории России принадлежит «MASS MEDIA». Перепечатка книг или их фрагментов в любой форме и любыми способами, электронными или механическими, включая фотокопирование, не допускается.

ЛР N 063333. Отпечатано с оригинал-макета. Подписано в печать 16.06.1995г. Формат 84х108/32. Бумага офсетная N1. Печать офсетная. Объем 1 физ. печ. лист. Тираж 25 000 экз. (1-й завод 1-10 000 экз.) Заказ №251.

Редакция «MASS MEDIA» 105523, Москва, а/я 19.

АО «Издательство Донеччина»

340118, Донецк, Киевский проспект, д.48.

Совместное производство редакции «MASS MEDIA» и фирмы «САШКО»

ISBN 5-88341-023-5

VERSION ORIGINALE

LIRE LE FRANÇAIS

Le secret du professeur Micron

Dominique Renaud

Achille Micron est un professeur connu dans le monde entier. Il vit dans la banlieue de Paris et voyage souvent.

Ce matin, il se trouve à l'aéroport de Roissy*. Il doit prendre le vol 750 pour Macao*. Mais une hôtesse l'appelle dans son micro :

« Le professeur Micron est prié de se rendre* au bureau n° 6. »

Le professeur se présente devant l'hôtesse.

— Monsieur Micron? demande la dame. Votre fils a appelé. Il vous dit de revenir chez vous, monsieur.

Le fils du professeur s'appelle Paul. Il a quatorze ans.

Achille Micron réfléchit ; il se demande si ce n'est pas une plaisanterie*.

Et toi, qu'en penses-tu ? Si tu crois que c'est une blague *, prends l'avion avec le professeur, départ page 6 ; ou bien tu téléphones à Paul, page 4.

— Je vais l'appeler, dit le professeur à l'hôtesse. J'espère que tout va bien.

Monsieur Micron prend ses bagages et va téléphoner.

— Allô Paul, c'est toi ? Alors, que se passe-t-il ?

— Allô papa, oui, c'est moi. Viens vite, papa, viens vite !

— Mais qu'est-ce qu'il y a, mon petit ?

— Il y a une inondation* dans la maison, papa ; il y a de l'eau partout.

— Une inondation ? Appelle tout de suite le plombier ou les pompiers*. Mais où est ta mère ?

— Tu sais bien qu'elle n'est pas là ce matin. Bon j'appelle les pompiers, mais et après, qu'est-ce que je fais ? Il faut faire une déclaration, remplir des papiers...

— Ah oui, c'est vrai, je n'avais pas pensé à ça. Bon, attends, dit le professeur.

Toi, que vas-tu faire ? Est-ce que tu vas dire : «Attends, Paul, j’arrive tout de suite ?» ou bien : «Attends maman, elle s’occupera des papiers» ? Dans le premier cas, tu ils la page 8 Dans le deuxième cas, tu restes au téléphone, page 10.

Une hôtesse annonce au micro que l'avion pour Macao va partir.

— Bon, j'y vais ! se dit le professeur Micron. Je n'ai pas le temps d'appeler mon fils. C'est sûrement une plaisanterie. Et puis, il n'est pas tout seul ; sa mère est avec lui !

Le professeur s'arrête devant la porte n° 9, pose ses bagages et présente ses papiers.

Le douanier* regarde sa carte d'identité :

Nom : Micron

Date de naissance : 5 mai 1940

Taille: 1,75m

Signe particulier : néant*

Domicile : 8, rue du Général-de-Gaulle, 92000 Boulogne.

— Votre passeport, s'il vous plaоît, demande le douanier au professeur.

— Voilà...

— Très bien, monsieur ; vous pouvez passer.

Un quart d'heure plus tard, le professeur est assis dans l'avion qui va bientôt décoller*. Il regarde sa montre. Dix heures. Il l'approche de son oreille. Il trouve son tic-tac bizarre. D'habitude, pense-t-il, elle ne fait pas autant de bruit !

Suite page 7.

Douze heures. L'avion se trouve au-dessus de la Méditerranée. Les passagers ont fini de déjeuner. Bientôt, ils vont voir un film.

Le professeur regarde à nouveau sa montre. Elle fait beaucoup de bruit.

— C'est bizarre, se dit-il.

Tout à coup, il voit un homme entrer dans la cabine de pilotage*.

— Mais... mais, c'est interdit ! pense-t-il. Il se retourne et aperçoit* un autre homme, debout, habillé en noir, qui vient vers lui.

— Monsieur Micro ? demande-t-il.

— Ah non, pas Micro mais Micron ! Comme citron ! répond le professeur.

— Suivez-moi, s'il vous plaоît.

— Mais...

— J'ai une arme* dans ma poche, professeur...

— Bien. Bien, j'arrive.

Le professeur se lève et entre dans la cabine de l'avion.

— Entrez ! lui dit l'homme.

Si tu veux entrer toi aussi dans la cabine, passe à la page 12.

— Attends, j'arrive tout de suite ! dit le professeur à son fils. Mais appelle immédiatement les pompiers, c'est le plus urgent.

Le professeur raccroche, sort de l'aéroport, appelle un taxi.

Sur la route, il ne s'aperçoit* pas qu'une voiture le suit.

Une demi-heure plus tard, le taxi s'arrête devant la maison du professeur. Il rentre chez lui et il oublie ses bagages dans le coffre.

À quelques mètres du taxi, une voiture s'est arrêtée.

Le professeur sort la clé de sa poche. Il va ouvrir la porte de la maison quand une voix lui dit derrière son dos :

— Haut les mains !

— Mais, que se passe-t-il ? demande le professeur.

— Rien de grave, répond l'inconnu. Tu es notre prisonnier.

— Et mon fils ? Où est mon fils ?

— Ne t'inquiète pas, il est avec nous. Il est très gentil, tu sais.

— Mais... mais que voulez-vous ?

— Tu ne le sais pas ?

Si tu veux le savoir, lis la page 11.

Attends maman, elle s'occupera des papiers, dit le professeur à Paul.

— C'est impossible, répond son fils.

— Pourquoi c'est impossible ? demande le père.

— Je ne peux pas attendre, dit Paul.

— Qu'est-ce que tu dis ?

— Je... je dois...

— Allô, Paul ?

— Allô, professeur ? répond une voix.

— Oui. Qui est à l'appareil ?

Je m'appelle Al Carbone. Je retiens votre fils, monsieur.

— Mais, qui êtes-vous ? Que voulez-vous?

— Venez tout de suite, professeur, nous parlerons ensemble.

— Mais je ne peux pas, monsieur Carbone ; je dois prendre mon avion...

— Prenez vos bagages et venez immédiatement ; c'est un conseil*.

— Bon. Bon. J'arrive, monsieur Carbone.

— A bientôt, professeur.

Achille Micron a peur. Il ne sait pas qui est ce monsieur Al Carbone. Il pense à son fils. Il prend ses bagages et appelle un taxi.

Suite page 15.

Le professeur entre les mains en l'air dans sa maison. Paul est assis sur une chaise ; un homme le surveille.

— Papa ! Papa ! crie Paul. Le professeur Micron embrasse son fils.

— Ils ne t'ont rien fait ? lui demande-t-il.

— Non, répond Paul. Ils ont été très gentils. Ils m'ont demandé de te téléphoner.

— Oui, je sais, dit son père. Puis il se retourne vers Al Carbone.

— Que voulez-vous ? demande-t-il.

— La formule*.

— La formule ? Quelle formule ?

— Vous le savez bien, professeur.

— Je... je ne l'ai pas sur moi, répond Micron. Elle est dans ma valise.

— Et où se trouve votre valise ?

— Dans le taxi.

— Dans le taxi ? Vous n'avez pas pris votre valise ?

— Non, je l'ai oubliée.

— Vite ! Vite ! crie Al Carbone. Rattrapons ce taxi !

Тут вы можете оставить комментарий к выбранному абзацу или сообщить об ошибке.

Оставленные комментарии видны всем.