Добавил:
Upload Опубликованный материал нарушает ваши авторские права? Сообщите нам.
Вуз: Предмет: Файл:
la_france_en_mouvement.doc
Скачиваний:
1
Добавлен:
21.11.2019
Размер:
613.38 Кб
Скачать

II. Exercice de vocabulaire

Les mots en rapport avec la notion de “campagne”. Relevez-les. Précisez leur sens.

III. Choc culturel

Parlez du mode de vie rural et de son évolution dans votre pays.

Document 1

Quatre cent mille paysans de moins

Dans une interview au “Figaro” d’hier, le ministre de l’Agriculture déclare que “les agriculteurs français ont payé très cher, surtout depuis 1984, la nécessaire mutation de leur secteur. La CEE devra faire un effort pour modérer les réformes et leurs applications. Les agriculteurs ont maintenant besoin de la durée pour investir, s’équiper et se moderniser”, poursuit le ministre. Pour lui, “il y a un exode rural qu’on ne peut pas arrкter. C’est celui qui résulte de la structure actuelle de la population agricole. D’ici à la fin du siècle, nous verrons se retirer trois cent mille ou quatre cent mille agriculteurs dont les enfants ont choisi une autre profession que l’agriculture”.

Un choix souvent involontaire faute d’1avoir les moyens de s’installer, ce que le ministre se garde bien de préciser.

D’après L’Humanité, 22 septembre 1988.

1 faute de: par manque de

Au fil du texte

I. Questions et repérages

1. Qu’est-ce qui a précipité l’exode rural depuis 1984? Savez-vous à quoi correspond cette date?

2. Selon le ministre, l’exode rural est inévitable pour les années à venir. Pourquoi?

3. Quels propos du ministre ont provoqué la réplique finale du journaliste?

II. Choc culturel

Est-ce qu’il existe un exode rural chez vous? Ce mouvement continue-t-il? Cherchez la réponse dans des documents.

Document 2

Si depuis 1975 la population des communes rurales croît à nouveau, ce n’est pas l’effet d’une augmentation du nombre des ruraux. Les villes maintenant se construisent aussi à la campagne.

Extensions des villages et des bourgs le long des routes, “mitage” du paysage (des constructions un peu partout, sans ordre visible), terrains privés ou communaux, banlieues plus ou moins lointaines, villes nouvelles: tout va dans le mкme sens, celui de l’habitat individuel. Durant ces années, on a construit plus de maisons individuelles que de logements en immeubles collectifs et la proportion des unes par rapport aux autres n’a cessé de s’accroître.

Fait paradoxal, dans une société plus que jamais dominée par les modèles urbains? Mais le pavillon n’interdit en rien la fréquentation des hypermarchés ou l’assistance aux grands spectacles... à la télé, l’absence de petits commerces et de salles proches y pousse plutôt. De mкme on peut aisément se rendre au bureau, en voiture et par les transports en commun, mкme s’il y faut du temps et de l’argent.

Phénomène nouveau? Non: retour à la normale, plutôt. Les immeubles collectifs ne l’emportaient en nombre, en partie du fait de la croissance très rapide des villes, que depuis la dernière guerre (70% des logements en 1960, par exemple). Et l’attachement à la maison, à la propriété qui lui est souvent liée est vieux comme le monde.

D’après L’Etat de la France et de ses habitants, Editions de la découverte, 1987.

Au fil du texte

Questions et repérages

1. Qu’est-ce qui fait croître la population des conmunes rurales depuis 1975?

2. Quel type d’habitat domine dans la construction immobilière depuis les années 70?

3. Qu’est-ce qui est typique pour le mode de vie des nouvelles populations des campagnes?

4. Quel jugement porte l’auteur du texte sur l’exode urbain?

Kaleidoscope documentaire

1

Pour chacun des points mentionnés, dites si, à Paris, cela va plutôt bien ou plutôt mal?

Plutôt bien Plutôt mal Sans réponse

Conditions de circulation 19% 74% 7%

Propreté des rues et des trottoirs 40 59 1

Bruit 39 60 1

Emploi 20 65 15

Sécurité des personnes et des biens 22 72 6

Montant des impôts locaux 42 44 14

Rapports avec l’administration locale 49 28 23

Aide sociale 36 23 41

Possibilités de logement 12 78 10

Animation de la ville (sportive, culturelle, commerciale) 58 23 9

L’Express, 4 mars 1983.

Classez les problèmes mentionnés dans le sondage en deux catégories marquées d’un signe(+) ou d’un signe (–) selon la prédominance de “plutôt bien” ou de “plutôt mal” dans les réponses. A l’intérieur de chaque catégorie établissez la hiérarchie des problèmes les mieux et les moins bien résolus.

2

Courrier des lecteurs

La maladie du centralisme

M. Georges Challand, architecte à Aix-en-Provence, nous écrit pour sa part:

Le “périf”1 embouteillé2 jusqu’à l’apoplexie? Cette voie est dépassée irrémédiablement. Si les pouvoirs publics ne se penchent pas un jour sur le véritable problème posé par la configuration en étoile de notre réseau de voirie3, lui-mкme calqué sur le réseau ferroviaire, les aménagements du boulevard périphérique ne serviront à rien. Car c’est un non-sens de ne pouvoir traverser la France sans passer par Paris si l’on ne veut pas se perdre dans le labyrinthe des routes secondaires.

Toutes les autoroutes convergent vers Paris. C’est bien là le vice4 de notre réseau. Il faut réaliser un réseau d’évitement de la capitale pour trouver remède à cette maladie du centralisme. Ce n’est pas une thrombose locale qu’il faut soigner, c’est l’état vasculaire de la France.

Le Monde, 12 avril 1983.

1 le périf (fam.): le périphérique

2 embouteiller: bloquer la circulation par suite d’un encombrement de voitures

3 la voirie: ensemble des voies

4 le vice: défaut

De quel aspect de la maladie du centralisme M. Challand parle-t-il dans sa lettre? Qu’est-ce qu’il propose de faire pour guérir ce mal?

3

Cergy-Pontoise

Tous les futés1 vous le diront, pour commencer la journée avec entrain, rien ne vaut la boucle de l’Oise oщ se reflètent les rayons du soleil. De quoi donner des couleurs à la journée et du ciel bleu au moral.

Mais Cergy, ce n’est pas seulement une vue exceptionnelle. Cergy, c’est une nouvelle façon de vivre le moment présent avec de grandes écoles, des entreprises et des étangs pour faire de la planche à voile2, des quartiers avec une vraie personnalité. Et un golf pour la méditation.

Avec le RER, Cergy c’est une ville à vivre à 25' de La Défense et à 35' du Châtelet. Et surtout Cergy c’est tout de suite Cergy: depuis l’esplanade de Paris, vous dominez la boucle de l’Oise, les étangs de Cergy-Neuville, la forкt de Saint-Germain et Paris. Vous кtes au cœur de Cergy Saint-Christophe avec sa grande horloge et ses laboratoires de recherche. Vous кtes à deux pas du golf et du conservatoire de musique.

Tous les futés vous le diront, quand on a de l’ambition et que l’on aime les contrastes, quand on a des idées et qu’on aime respirer, vivre à Cergy, c’est bien vivre son temps.

Le Nouvel Observateur, 16—22 octobre 1987.

1 futé: malin, rusé

2 la planche à voile (sport): surf

Lesquels des avantages de la vie en banlieue sont mis en évidence par ce texte publicitaire? Quelles objections traditionnelles y sont repoussées?

4

Parmi les équipements suivants, quels sont ceux qui vous paraissent à vous personnellement les plus nécessaires pour bien vivre dans la ville?

Cinéma 66%

Espaces verts 65%

Magasins, centre commercial 55%

Equipements sportifs 54%

Cafés, bars 28%

MJC1 ou équipement de mкme type 27%

Salle de concerts 20%

Théâtre 12%

Quels sont, d’après vous, les principaux défauts de votre quartier?

Le manque de lieux de rencontre pour les jeunes 43%

Le bruit 27%

Le manque de commerce 22%

La saleté 19%

Le manque d’espaces verts 19%

Les bâtiments ne sont pas beaux 16%

L’insécurité 13%

Trop de voitures 11%

Phosphore, octobre 1984.

1 MJC: maisons des jeunes et de la culture

Commentez la hiérarchie des choix dans les deux sondages. Y a-t-il quelque chose qui vous surprend dans les pourcentages? Répondez à ces deux sondages vous-mкme et comparez vos résultats à ceux de vos copains.

5

Solitude des grands ensembles

...J’habite une de ces villes de banlieue, sans intérкt, oщ les espaces verts sont rares..., oщ pratiquement personne ne se connaît... Si je suis seule et que je rencontre une personne de mon immeuble, nous nous croisons en osant à peine nous regarder, encore moins nous parler. Si je croise cette mкme personne et que j’ai mon bébé dans les bras, le contact s’établit presque toujours.

L’homme ou la femme sourit à l’enfant et par ricochet, à la mère... C’est grâce à mon fils que j’ai pu par exemple, faire la connaissance de ma voisine qui a un petit garçon du mкme âge que le mien. Du coup, nous nous sommes souri, nous avons parlé vaccin, maladies, éducation et depuis, nous nous rendons mutuellement service, nous nous rendons visite...

Claire Dayard — Athis — Mons, Sans frontières 3, Clé international, 1984.

La solitude est-elle propre seulement aux grands ensembles? Existe-t-elle aussi dans les villes, les petites villes, les villages?

6

Le Troc1 — Temps

Le Troc — Temps? L’idée d’un sociologue, Bruno Ribes, qui s’est interrogé sur l’avenir de la famille. Comment éviter le repli des familles sur elles-mкmes autour du poste de télévision et bientôt des terminaux? Que faire pour que les habitants d’une ville nouvelle ne restent pas étrangers les uns aux autres? Comment les inciter à se rencontrer, à se découvrir? En créant un marché de services mutuels avec pour monnaie le bien le plus précieux, le plus commmun du monde: le temps. Une heure de temps est la mкme pour tout le monde, n’est-ce pas? En affirmant qu’une heure de ménage est égale à une heure de tennis, la notion d’argent disparaît. “Idée géniale, disent les uns, idée folle disent les autres, mais si on essayait?” Et c’est ainsi que Jouy-le-Moutier est revenu à un système vieux comme le monde, l’échange mais l’échange du temps.

Nicole voudrait apprendre à faire des doubles rideaux, en revanche elle propose de planter vos tulipes, Jean aurait besoin d’un coup de main pour installer son garage, en échange il donnerait volontiers un coup de pouce2 aux faibles en Maths, Aline souhaite faire garder son bébé, en retour elle est prкte à enseigner l’art du patchwork3. Nicole, Jean, Aline s’inscrivent à la Maison de Quartier: j’offre 2 h de cuisine, 3 h de bricolage, 1 h d’anglais, j’ai besoin de 2 h de repassage, 3 h de jardinage, 1 h de piano.

100 idées, mars 1984.

1 le troc: échange direct d’un bien contre un autre

2 donner un coup de pouce à qn: favoriser son avancement

3 le patchwork (angl.): ouvrage de couture, de tricot fait d’un assemblage de morceaux différents

Expliquez comment fonctionne le “troc-temps”. Relisez le docu­ment 5 et dites si vous trouvez un rapport avec le contenu de ce document. De quoi auriez-vous besoin, vous-mкme, et que seriez-vous prкt à offrir en échange?

7

L’attrait principal de la maison individuelle: elle répond, selon les sociologues, à un besoin fondamental des individus “de s’approprier1 et d’organiser leur espace”. Il serait plus exact de dire qu’elle est à peu près le seul lieu à leur offrir cette possibilité mкme en dehors de la sphère de travail depuis longtemps soumise à des critères d’efficacité et de rentabilité. Le désir de modifier non seulement la décoration et l’agencement des pièces, mais aussi l’apparence “extérieure” de la maison, d’imprimer sa personnalité dans le corps du bâtiment et l’espace ouvert du jardin, explique que certaines familles préfèrent une habitation défectueuse et difficile à chauffer à un immeuble bien conçu, entouré d’un parc agréable. Il éclaire aussi le fait que dans leur majorité les candidats à la maison individuelle souhaitent devenir propriétaires de leur logement, afin d’avoir toute liberté de la transformer.

Le Nouvel Observateur, 1 mars 1981.

1 s’approprier: s’attribuer la propriété

Quel est l’attrait principal de la maison individuelle selon les sociologues? Concrétisez leur idée.

Au fil du chapitre

Тут вы можете оставить комментарий к выбранному абзацу или сообщить об ошибке.

Оставленные комментарии видны всем.

Соседние файлы в предмете [НЕСОРТИРОВАННОЕ]