Добавил:
Upload Опубликованный материал нарушает ваши авторские права? Сообщите нам.
Вуз: Предмет: Файл:
Analyse financiere_partie 1.doc
Скачиваний:
4
Добавлен:
16.12.2018
Размер:
218.62 Кб
Скачать

I. Le bilan fonctionnel

1.1. Notion du bilan fonctionnel

Le bilan fonctionnel consiste à regrouper des opérations réalisées par l'entreprise par rapport à leur fonction va s'attacher à l'analyse de 3 cycles: le cycle d'investissement et financement, le cycle d'exploitation, le cycle de trésorerie.

a) Le cycle d'investissement. L'entreprise, lors de sa création, pour son développement, effectue des investissements qui constituent des actifs immobilisés.

b) Le cycle d'exploitation correspond à l'activité productrice de l'entreprise. Il traduit la durée qui s'écoule entre les approvisionnements (achats de matières premières ou marchandises) et l'encaissement des produits de ventes (marchandises ou produits finis).

c) Le cycle de trésorerie correspond à l'ensemble des opérations financières nécessaires à la réalisation des cycles précédents.

A des emplois stables (cycle d'investissement) le bilan fonctionnel va rattacher des financements stables, à des emplois circulants des ressources circulantes, à des emplois de trésorerie des ressources de trésorerie.

Contrairement au bilan comptable qui traduit bien les emplois et les ressources d'une entreprise mais il n'établit pas de lien entre ceux-ci, le bilan fonctionnel donne la photographie à un moment donné de ces 3 cycles et permet de voir comment s'effectue le financement des emplois par les ressources. Il a donc pour objectif d'établir ces liens entre emplois et ressources et ce au travers de l'étude des cycles de vie d'une entreprise.

1.2. Construction du bilan fonctionnel

Pour passer du bilan comptable au bilan fonctionnel il va s'agir d'effectuer divers reclassements et retraitements.

a) Les Reclassements

L'actif est évalué en valeurs brutes et scindé en quatre parties:

  1. Les actifs (emplois) stables: c'est-à-dire

  • les Valeurs immobilisées (incorporelles, corporelles et financières) plus

  • charges à répartir

qui sont à prendre en valeurs brutes.

Le capital souscrit non appelé et les frais d'établissements ne sont pas pris en compte et sont exclus du calcul.

  1. L'actif circulant: c'est-à-dire

  • les stocks,

  • les créances,

  • les avances et acomptes,

  • les valeurs mobilières de placement et

  • les charges constatées d'avance.

A l'occasion de ces reclassements nous découvrons dans l'actif circulant les notions d'actif d’exploitation et d'actif hors exploitation.

La notion d'exploitation fait référence à tout ce qui concoure à l'objet, à la nature de l'activité d'une entreprise qui réside dans la vente de produits.

Tout ce qui n'est pas directement lié à l'activité principale de la société est considéré comme un poste de hors exploitation (exemple les placements de valeurs mobilières).

2.1. L`actif circulant d`exploitation regroupe:

  • stocks en valeur brute;

  • créances;

  • avances et acomptes;

  • charges constatées d'avance.

2.2. L`actif circulant hors exploitation regroupe:

  • actifs circulant hors exploitation

  • valeurs mobilières de placement.

3. La trésorerie active: c'est-à-dire les disponibilités qui sont inscrites au bas du Bilan fonctionnel.

Le passif est également scindé en quatre parties:

  1. Les capitaux (ressources) stables: c'est-à-dire:

  • les capitaux propres (capital, réserves, résultat de l'exercice (sauf part distribuée du résultat)),

  • les amortissements et provisions d'actif,

  • les provisions pour risques et charges);

  • les dettes financières et emprunts auprès des établissements de crédit (quelle que soit leur échéance, à l'exclusion des concours bancaires courants - découverts bancaires - reportés au bas du bilan) à la soustraction des montants du capital souscrit non appelé et des frais d'établissements.

2. Les dettes non financières: ce sont les dettes cycliques, «circulantes» d’exploitation (y compris produits constates d`avance) et hors exploitation.

3. La trésorerie passive: c'est-à-dire les concours bancaires courants qui sont inscrits au bas du Bilan fonctionnel.

b) Les retraitements

Le crédit-bail

Le crédit-bail est une source de financement qui permet à une entreprise de disposer d'un bien sans l'acquérir forcément, à travers une location. L'entreprise ne possède donc pas le bien et celui-ci n'est pas retracé dans le bilan comptable. Cependant le bilan fonctionnel, désireux d'analyser tous les flux d'investissement et de financement va intégrer le crédit-bail dans sa démarche et ce de la manière suivante:

Le bien concerné est rajouté aux emplois durables pour sa valeur d'origine et sa contrepartie de financement est ajoutée aux ressources durables comme s'il s'agissait d'un emprunt moins une partie éventuelle d'amortissement rajoutée au poste amortissements.

Exemple:

Crédit-bail de 100 000 € pour l'acquisition de camion.

Durée de vie 5 ans, amortissement linéaire.

Loyer annuel 15 000 €.

Valeur de rachat 5 000 €.

Après 2 ans le retraitement s'effectuerait comme suit:

  • amortissement annuel: (100 000 – 5 000) / 5 = 19 000

  • amortissement cumulé pour 2 années: 19 000*2 = 38 000

  • dette financière: 100 000 – 38 000 = 62 000

Les effets escomptés non échus (EENE)

Lorsqu’une entreprise accorde un délai de paiement à un client, elle peut émettre un effet de commerce dans lequel le client s'engage à payer l'entreprise, à la date d'échéance convenue (en général 90 jours maxi). L'entreprise peut avoir à son tour un besoin de trésorerie et peut décider d'escompter son effet auprès d'une banque qui accordera contre remise de l'effet un crédit.

De ce fait l'effet escompté disparaît du bilan de l'entreprise. Or, nous l'avons vu le bilan fonctionnel vise à réintégrer tous les mouvements de ressource et d'emploi. Il va donc assimiler cet escompte à un concours bancaire. Il faut donc en présence d'une information sur des effets escomptés ajouter à la trésorerie passive le montant de ces effets et les rajouter au poste Clients de l'actif circulant.

Les écarts de conversion.

Les écarts de conversion (dus aux différences de change) peuvent concerner différents postes du bilan.

A l'actif ce poste traduit une perte latente due, soit à une diminution des créances, soit à une augmentation des dettes. Son montant doit donc soit être inscrit en augmentation du poste Clients, soit en diminution du poste dettes.

Au passif le poste conversion traduit un gain latent dû, soit à une augmentation des créances, soit à une diminution des dettes.

Тут вы можете оставить комментарий к выбранному абзацу или сообщить об ошибке.

Оставленные комментарии видны всем.

Соседние файлы в предмете [НЕСОРТИРОВАННОЕ]