Добавил:
Upload Опубликованный материал нарушает ваши авторские права? Сообщите нам.
Вуз: Предмет: Файл:
2ч учебник для заочников.doc
Скачиваний:
1
Добавлен:
21.11.2018
Размер:
1.43 Mб
Скачать

Texte 1 l’École de Milet

Dans ces temps anciens, la profession de “philosophe” n’existait pas. Les philosophes étaient en même temps des savants, des mathématiciens, des géomètres, des astronomes. Ils s’intéressaient aux éclipses du soleil et de la lune, aux nombres et aux calculs, aux figures de la géométrie et à leurs propriétés. Il s’agit donc de puissants esprits, qui étaient, par rapport au savoir de leur temps, des esprits universels. Ce qui suscita avant tout leur étonnement, ce fut le spectacle du changement. Nous vivons dans un monde où tout ne cesse de changer. Voici une bûche1, peu après nous voyons une flamme2, et un peu plus tard, il n’y a plus de flamme – rien qu’un petit tas de cendre3. Un souffle de vent disperse la cendre. Elle disparaît. Tout ne cesse de changer, tout passe.

La première question se posa à peu près ainsi: "Qu’y a-t-il donc qui persiste à travers tout le changement?" La première réponse philosophique donnée à cette question fut la suivante: c’est la substance qui persiste dans tout ce qui change et ne cesse de passer. Il doit bien y avoir quelque chose qui se maintient dans l’être; sinon, il n’y aurait depuis longtemps rien.

Il y a donc le changement, tout ce qui ne cesse de passer, mais il y a quelque chose qui, dans l’éphémère, persiste. Le changement est porté par un être subsistant, qui change, et qui pourtant reste l’être. La première question posée par l’École de Milet fut donc: "Quelle est la substance qui persiste à travers le changement?" Ces hommes voient le changement, l’éphémère de tout – et en même temps ils constatent: l’être est toujours là. Les philosophes de Milet ont donné à cette question des réponses différentes. Thalès, par exemple, enseignait: la substance qui est au fond de tout et qui se transforme en toutes choses, c’est l’eau. Un autre disait: c’est l’air. Un troisième: c’est le feu. Un quatrième: c’est l’infini.

Certains diront: tout cela n’a pas de sens. Mais le sens est ailleurs. Ce qui importe, c’est le problème posé, bien plus que sa solution. Et dans les solutions proposées elles-mêmes, ce qui importe, c’est la direction qu’elles suggèrent, vers quelque chose de liquide, de fluide, qui peut se transformer en toutes choses sans s’abolir.

1bûche (f) – полено; 2flamme (f) – пламя; 3tas (m) de cendre – кучка пепла.

Ex. 1. Trouvez les équivalents français dans le texte:

интересоваться расчетами; по отношению к знаниям своего времени; смысл - в другом; быть в основе всего; не иметь смысла; предложенные решения проблемы; главное - не решение проблемы, а умение ее поставить.

Ex. 2. Choisissez la bonne réponse:

1) La première question (posa, se posa, fit) à peu près ainsi: “Qu’y a-t-il donc qui persiste à travers tout le changement?” 2) C’est la substance, qui persiste dans tout ce qui change et ne cesse de (constater, passer, proposer). 3) La substance qui est (au fond, à l’être, à la question) de tout, c’est l’eau.

Ex. 3. Continuez les phrases:

a) Ce qui suscita avant tout leur étonnement, … b) Qu’y a-t-il donc qui persiste … c) Nous vivons dans un monde où … d) Les pilosophes voyaient la substance qui est au fond de tout dans l’eau, …

Ex. 4. Complétez par les mots suivants: un monde, s’abolir, suggèrent, persiste.

a) Nous vivons dans … où tout ne cesse de changer. b) C’est la direction que ces solutions … . c) Il existe quelque chose de liquide, de fluide, qui peut se transformer en toutes choses sans … . d) Il y a quelque chose qui, dans l’éphémère, … .

Ex. 5. Répondez aux questions:

1. Dans les temps anciens, la profession de "philosophe" existait-elle?

2. A quoi s`intéressaient les philosophes anciens?

3. Quelle question était posée par l`École de Milet?